Octavener

Accueil > Webzine > Articles > Interviews > AltF4

AltF4

dimanche 22 juillet 2007 par octavener

1°)Bonjour Altf4, tout d’abord présente en quelques mots ton projet
musical pour ceux qui connaissent pas.

Bonjour à toi, et tout d’abord merci de l’interêt que tu portes à ce projet musical qu’est
AltF4. Pour définir ce projet, je voudrais tout d’abord expliquer pourquoi "AltF4" : Si
j’ai choisi ce nom c’est d’abord pour faire le lien avec ma passion première qui est
l’informatique. J’ai trouvé cette combinaison de touches assez marrante pour être
retenue par le lambda et assez évoquatrice pour l’informaticien (moyen ou plus averti).
En plus ça marche sous Vindoz et sous Nunux. Des potes qui bossent sur Mac m’ont
appelé "pomme q", ça m’a fait marrer ^^. AltF4 c’est donc moi en solo, je compose avec mon pc et un synthé controller (MS20), au début j’utilisais beaucoup de samples mais
c’est devenu problematique à cause des droits. Aujourd’hui je n’en utilise quasiment
plus (ceux utilisés sont massacrés au point de ne plus les reconnaitres).
J’ai 2 methodes de travail : la première pour composer les tracks destinées aux albums,
je travail vraiment en profondeur les mélodies, les basses et je cisèle les rythmiques voir
même des voix hachées et pitchées. La deuxieme pour le live, la je travail à la truelle, je
fais des tracks simplifiées pour pouvoir les mixer dans tous les sens, souvent très
rythmées (breakbeat comme pour mon dernier live). Ce sont des grosses boucles de 3 à
4min avec des breaks et des variations que je mélange de façon aléatoire.


2°)Tu a sorti Ping Timeout en 2006, mais tu n’est pas a ton coup d’essai,
puisque tu a sorti 6 autres cd’s avant, parle nous un peu de ce qu’était ta
musique avant cet album, comment les choses ont évolué depuis le début.

Et bien en fait je viens du hiphop (MoWax, Delabel and Co...) et j’ai peu à peu dévié
vers la techno et la drum’n’bass (SpiralTribe, V recording, Metalheadz etc...) Surtout
parce que je mixais sur platines avant d’avoir un pc. La transition m’a laissé des
sequelles et j’ai choisi de digérer tout ça pour sortir un son particulier et personnel. Je
n’ai pas voulu m’enfermer dans un style défini, c’est pour ça que je test pas mal de
choses comme l’ambient en passant par le breakbeat violent et destructuré. Au début je
faisais principalement de la techno (HardTek débile ^^) et après j’ai commencé à
essayer des rythmiques plus complexes, plus jazzy parfois (avec difficulté), j’ai voulu
revenir aux rythmes et aux synthés hiphop des années 80 (difficile aussi).Au final je me
suis rendu compte qu’il y avait pas mal de bons passages parmis mes productions ratées et
j’ai commencé à mélanger tout ça. L’electro est venu rajouter la touche, l’élément qui fait
la liaison. En fait, les albums sortis avant PTO ne sont que des regroupements de morceaux
qui vont plus ou moins ensemble...J’ai baigné dans le funk et la new-wave aussi, je suis
tombé amoureux de la boîte à rythmes en gros.

3°)Qu’est-ce qui différencie Ping Timeout de tes autres productions ?

Et bien cet album a bénéficié des talents de tdBt (fondateur du label Antiblues.org)
et de son studio aussi. C’est grace à lui que cet album a cette teinte et qu’il a pu voir le
jour, je le remercie tout particulierement pour ça d’ailleurs ;) On a fait connaissance sur
Dogmazic.net et j’ai de suite accroché sur ses prods car elles sont très propres, très bien
composées et dans un style qui réuni plusieurs influences mais toujours dans un esprit festif.
J’ai demandé à tdBt ce qu’il pensait de mes prods, il m’a tout de suite répondu et l’aventure
était lancée. On s’est croisé "IRL" (In Real Life, NdA) au festival Diffuz à montpellier et je
suis retourné là-bas pour le mixage des tracks. Le format album et la pression de sortir
sur un label m’ont contraint à avoir une cohérence, une suite logique de morceaux.
Dans PTO il y a aussi les coups de coeur de tdBt. Et puis bosser une semaine non-stop en
studio est une experience formidable, tu viens avec des morceaux préparés et tu les arranges,
tu composes, tu rajoutes des petits trucs à droite à gauche, tu test des machines, c’est
vraiment plaisant.

4°)Tes musiques sont sous licence libre, peut tu présenter un peu ce principe pour ceux
qui ne connaissent pas ces modes de diffusion ?

Et bien les Licences de Libre Diffusion sont une alternative au Copyright. Un habile jeu
de mots défini bien le type de ces licences : on parle de "Copyleft". Dans le domaine de
la musique, ce sont des Licences qui permettent de protéger ses créations mais avec
une gestion individuelle des droits (à l’inverse de la Sacem ou equivalent qui ont une
gestion collective des droits). Chacun décide de tel ou tel droits accordés sur telle ou
telle oeuvre.
Les LLD vont de la plus souple à la plus restrictive. C’est à dire que je peux décider que
tel morceau sur tel album pourra être modifié, utilisé (voir même à des fins commerciales)
alors que le suivant sera complètement bloqué, absolument inmodifiable. Généralement,
la paternité de l’oeuvre est le minimum requis pour l’utilisation d’une création en LLD.
Au moins citer l’auteur quoi. A l’heure actuelle, ce sont des centaines de millions d’oeuvres
(logiciels, photos, livres, musiques, films, etc.) qui sont sous LLD. Le concept vient du
monde du logiciel libre. A la base les LLD servent surtout à protéger des software et
combattent le monopole des logiciels propriétaires en permettant aux gens de télécharger
gratuitement des logiciels et, si l’utilisateur a les compétences, il peut même le modifier
car son code source est ouvert (opensource). Mais attention, libre ne veut pas forcément
dire gratuit. Aujourd’hui cela s’étend à de multiples utilisations...
Sur Dogmazic il y a des gens qui sont très compétents (plus que moi en tout cas ^^) dans
ce domaine et si vous voulez plus d’infos, n’hesitez surtout pas à poser vos questions sur
le forum.


5°)De ton point de vue, quels sont les avantages et les éventuels inconvénients des licences
libres ?

Les avantages c’est que je peux définir l’utilisation de mes morceaux comme je l’entend.
Ils m’appartiennent complètement, je me sens plus proche du principe de "propriété
intellectuelle" que si j’étais à la sacem. Il faut savoir que lorsque l’on s’inscrit chez eux,
les morceaux ne nous appartiennent plus. Je n’ai pas forcement envie d’entendre un de
mes morceaux sur une pub qui vante les mérites d’une lessive ultra-polluante sans
pouvoir rien dire par exemple, ou être affilié à une entreprise parce qu’elle sponsorise
telle emission de télé qui va utiliser mon morceau en générique. De plus, sous LLD, si une
personne veut utiliser un de mes morceaux, il devra me contacter et nous négocierons.
Tu te rend compte au niveau humain ce que ça represente ? C’est une toile qui se tisse
sans arrêt, des reseaux qui se croisent, des contacts, des dialogues...
Avec des structures comme la sacem, le dialogue se résume à un chèque, c’est la carotte.
Moi j’ai envie de partager, pas forcement de vendre.
En me mettant sous licence libre je permet aussi à d’autres gens de profiter de ma musique.
Combien de fois j’ai parler avec des gens qui me disent ne pas pouvoir s’en sortir financierement
à cause des droits à payer pour l’utilisation d’une musique !
Des associations qui font de la video par exemple, un court metrage etant pratiquement
toujours associé a de la musique. Et bien la je file un coup de main en partagant ma
musique. Et puis les LLD donnent aussi une grande liberté de composition. J’ai remarqué
un truc : quand tu es inscrit à la sacem, tu ne touches rien tant que ta musique n’est pas
diffusée et cela conduit souvent les musiciens à formater leur compos pour correspondre
à un style vendeur, ce genre d’attitude me donne envie de vomir.

Pour les inconvenients, je serais tenté de dire : "aucun" mais ça serait faux. Les deux seuls
qui me viennent à l’esprit (et le premier n’est bientôt plus un inconvenient) c’est que
pour jouer quelque part, les salles aiment bien avoir un contrat et les artistes sous LLD
n’ont pas se genre de paperasse tout simplement parce qu’il n’y a pas de structure
dédiée à la mise en place de ce genre de paperasses et que les artistes (en l’occurence
les musiciens) sont de très mauvais gestionnaires. Pour l’instant le contrat type est en
construction, ce n’est qu’une question de temps avant de pouvoir fournir un
contrat en bonne et du forme.
L’autre inconvenient c’est l’impossibilité de verifier quand un morceau est utilisé.
Contrairement à la sacem, les LLD ne disposent pas d’inspecteurs qui traquent le morceau
sous copyright. Même si l’utilisation de morceaux sous LLD devient de plus en plus courante,
cela reste des cas isolés. On attend le jour ou une utilisation abusive fera l’objet d’un procès
et d’une victoire de l’auteur pour faire jurisprudence.

6°)Pour finir, comment envisage-tu l’avenir de Altf4 ?

Sur scène principalement. Je prend mon pieds à jouer devant des gens et à les faire
bouger. Pas que ça bien sur, j’aime aussi improviser pour une expo ou une performance,
sortir des sonorités bizarre et moins accessible mais mon plus grand plaisir c’est de faire
danser les gens. Je suis quelqu’un d’assez souriant et optimiste, j’aspire à communiquer
un maximum mon énergie et ma bonne humeur à travers ma musique. Mais l’avenir c’est
aussi sortir des albums de qualité sur Antiblues.org ;) Et puis exporter ma musique un
maximum, faire des collaborations aussi.

7°)Merci pour ces réponses, je te laisse la parole, si t’a un message a faire passer au près
des lecteurs.

Je voudrais remercier tout ceux qui me soutiennent et m’ont soutenu (Oh my god que c’est
banal ce que je suis en train de dire !), un grand merci à Clochette pour m’avoir supporté
durant tout ce temps, l’équipe Dogmazic pour toutes ses qualités et ses compétences, les
gars qui font du son electro sur Bordeaux malgré le climat très "rock",mes potes de partout
et ceux d’ailleurs Une pensée toute particulière pour Laure. Une dedicace aux GM qui se
reconnaitront ;). Sinon je voudrais dire une chose : allez voir du côté de la musique libre
avant de dire que ce sont des musiciens du dimanche.

Voilou

AltF4

Ping Timeout (ainsi que toutes les musiques de Altf4) sont téléchargeables gratuitement
sur Dogmazic. Je vous encoureage si vous aimez la musique de Altf4 à soutenir l’auteur
en achetant le CD, ici, sur Pragmazic.


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Octavener (Octavener)
Directeur de publication : Daniel B.